Mettre fin à une histoire d’amour n’est jamais facile. Le temps passé ensemble renforce le lien et fait grandir l’attachement. Dans certains cas, il peut même s’agir de dépendance affective. La vie à deux est toujours un chemin cahoteux où les chutes sont fréquentes, certaines blessantes et d’autres non.

Les aides psychologiques comme les thérapies de couple peuvent aider les couples à se sortir d’une impasse. Plusieurs sites peuvent aussi aider à trouver des solutions. Comme c’est le cas de cet article “comment rompre avec un pervers narcissique qui vous descend sans cesse ?

Osez dire non quand les limites sont franchies et qu’il n’y a plus d’espoir de retour.

Le bon moment pour rompre

Le bon moment pour rompre n’existe pas. Nous choisissons ce moment comme nous avons choisi le moment de se mettre ensemble. La différence est qu’on décide à deux pour se mettre ensemble, mais quand il s’agit de rompre, le commun accord est rare, presque inexistant. La rupture se fait dans la majorité des cas à sens unique.

Comme la concession fait partie intégrante dans une relation, partir à la première erreur n’est pas possible. Donner une seconde chance à sa moitié est un signe d’amour.  À un certain moment du parcours, il faut savoir dire non et rebrousser chemin.

Faire face à l’impardonnable

En principe, c’est l’impardonnable qui amène à la rupture. Cette limite à ne pas franchir dépend de chacun et de son degré de résistance. Il suffit d’une goutte, la goutte de trop pour faire déborder la vase.

Rompre peut devenir une solution salutaire. Dans quel cas on doit abandonner son idylle et tourner la page ? Tout simplement quand la patience est épuisée. Quand l’espoir s’est envolé. Quand on n’arrive plus à sourire en présence de l’autre. Quand la perspective d’avenir est de couleur sombre.

Savoir prendre une décision douloureuse, est une action héroïque. Mais tourner une page ne signifie pour autant pas que tout s’arrête là. Au contraire, c’est l’ouverture d’une autre perspective !